Enjeux, perspectives et finalités de la philosophie

 
 
Parler des enjeux, des perspectives et de la finalité de la réflexion philosophique revient à voir son utilité et son inutilité.
 
L'utilité et l'inutilité de la philosophie est une vielle histoire qui sévit encore aujourd'hui. Cependant, dans un monde où les progrès de la science et des techniques occupent une place importante, l'utilité de la philosophie ne serait-elle pas reléguée au dernier plan ?

I. L'inutilité de la philosophie

L'enjeu de toutes recherches étant d'atteindre ses objectifs ou sa finalité, la philosophie quant-à elle ne serait plus si elle atteint ses objectifs qui ne sont que accéder à la sagesse, avoir la totalité du savoir.
 
Cependant, comme s'étonner, la philosophie n'a pas d'autres origines, si elle devient ce savoir encyclopédique ou cette sagesse, il n'y aura plus d'étonnement et la philosophie cessera d'exister.
 
Thalès qui contemplant les astres, tombe dans un puits, montre que la philosophie nous détache parfois de la réalité. "Tu prétends connaitre ce qui se passe dans le ciel, alors que tu ignore ce qui se passe sous tes yeux" ; lui disait la servante de Thrace.
 
Cela veut dire que selon l'opinion, les préoccupations du philosophe sont de pures chimères, dépourvues de tout intérêts pratiques. C'est pourquoi les latins n'accordaient pas d'importance à la philosophie car, disaient-ils "vivre d'abord, philosopher ensuite".
 
Donc, pour le sens commun, la philosophie est une évasion, une fuite de la réalité. Callicles, parlant de Socrate disait. "Devant un homme âgé, continuant à philosopher sans s'arrêter jamais, je ne dis Socrate, que celui-la mériterait d'être fouetter". Donc, pour lui la philosophie est inutile et ne sert qu'à l'éducation des jeunes ; à un certain âge celui qui le fait devient méprisable.
 
Pour Cellicles, la philosophie est un amusement dangereux qui nous détourne des choses mondaines.
 
Les sophistes la voient comme une activité stérile car elle cherche une vérité inexistante, le philosophe n'est qu'un mystificateur.
 
Socrate fut accusé de pervertir la jeunesse et Rousseau, dans le Discours sur les sciences et les arts affirme que "les philosophes sont de dangereux charlatans". Ils critiquent les croyances et les dogmes.
 
Luther dit à ce propos que la philosophie est un jeu pervers, vicieux et satanique qui mène à la mécréance. La philosophie est la partie du diable dans le monde et le mieux serait de bruler Aristote. En remettant en question les savoirs établis et en poussant à la recherche du savoir, la philosophie fait naitre l'angoisse.
 
Ainsi, Claude Bernard disait que la philosophie est inutile, seule la science, dit-elle mène à la vérité. C'est ce qu'il affirme dans philosophie "les philosophes n'ont pas introduit la moindre vérité sur terre ; il n'y a que la savants qui le peuvent"
 
D'aucun y voit sa mort au détriment de la science cependant, pour d'autres la philosophie est d'une utilité remarquable.

II. L'utilité de la philosophie

Récuser la philosophie du fait de son manque de résultats pratiques, n'est rien d'autre qu'ignorer son sens et son véritable rôle.
 
Selon Socrate la philosophie est irremplaçable pour l'éducation des citoyens dont elle purifie les âmes. Il dira à ce propos "de la critique, on doit dire qu'elle est la plus importante des purifications, et la plus souveraine, et il faut tenir au contraire l'homme qui n'aurait pas été soumis à la critique, fut ceux d'aventure de grands rois, pour un homme atteint des plus grandes saurilles".
 
Cette purification intellectuelle, Socrate le promet à ses disciples lorsqu'il leur dit "si tu te défais des pensées dépourvues de valeurs, tu pèseras moins lourd à ceux qui te  fréquentent et tu seras plus lourd envers eux car, tu auras la sagesse de na pas te figurer savoir ce que tu ne sais pas"
 
Parallèlement Épicure montre qu'il n'y a pas d'âge pour philosopher, la philosophie aide les jeunes à être clairvoyant et les vieux à demeurer dans la sagesse. C'est donc la philosophie qui permet à l'homme d'acquérir la tranquillité de l'âme. Il faut donc méditer car dit Epicure "ce ne sont pas les beuveries, les orgies, la jouissance des garçons et des filles, les tables luxueuses qui font une vie heureuse, mais la raison vigilante qui cherche minutieusement les motifs de ce qu'il faut choisir et de ce qu'il faut éviter, et rejeter les vaines opinions à cause desquelles les plus grands troubles s'emparent des âmes"
 
Donc, pour Epicure, philosopher c'est vivre au milieu des biens impérissables comme les vertus et les valeurs morales qui ne périssent jamais, or celui qui vit dans un tel milieu est considéré comme une divinité.
 
Selon Descartes, dans les principes de la philosophie "cette étude est plus que nécessaire pour régler nos mœurs et nous conduire en cette vie qui n'est l'usage de nos yeux pour guider nos pas".
 
La philosophie nous permet de discipliner nos instincts en rationalisant nos comportements. C'est pour cette raison que Descartes disait que "c'est elle seule qui distingue des plus sauvages et des plus barbares", en plus, "chaque nation est d'autant plus civilisée et polie que les hommes y philosophent mieux".
 
La philosophie est aussi un moyen de régulation pour la société car, selon Platon, la société ne peut être administrée que sur la base des lois, il faut des hommes vertueux, intègres, aptes à servir de modèle au peuple.
 
Pour Platon, seuls les philosophes incarnent un tel comportement. Dans la cité idéale de la république, il affirme que "les philosophes doivent être roi ou les rois des philosophes".
 
Sur cette même lancée Descartes affirme, dans les principes de la philosophie, "les hommes dont la principale partie est l'esprit devraient employer leurs principaux soins à la recherche de la sagesse qui en est la vraie nourriture".
 
Renoncer à la philosophie c'est renoncer à sa qualité d'homme ; elle est nécessaire comme le suggère Piaget dans sagesse et illusion de la philosophie ; "la philosophie a sa raison d'être et on voit que l'homme qui ne passe pas par elle est incurablement incomplet".
 
Nous voyons nettement que la philosophie permet à l'homme de s'humaniser et qu'on ne peut pas s'en passer dans la vie.

Conclusion

Pour conclure, nous voyons que la philosophie est passée de la méthode spéculative à la méthode pratique permettant d'éduquer et de rationaliser l'univers en entier.
Ce repli de l'être sur lui même en tant qu'être et pensée se pensant, face aux énigmes de l'existence de l'univers, revêt une posture ferme sur l'évidence et un caractère inépuisable et incommensurable du réel.
 
Elle demeure l'une des discipline les plus controversées à cause de son refus catégorique de toutes formes de dogmatisme et de conformisme.
 
Voila pourquoi encore elle est une discipline ésotérique (difficile à saisir par les sens)
 
Auteur: 
Lamine Faye

Commentaires

3

oui

d'avoir des documents

Par SMS

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.