Les révolutions Chinoises de Sun Yat Sen à Mao Zedong

Classe: 
Troisième

Introduction

A la fin du XIX ième et au début du XX ième siècle, incapable de résister aux pressions occidentales, la Chine est morcelée en zones d’influence étrangère. L’empire est démantelé et les chinois excédés étaient mécontents du régime mandchou. Cette situation sera à l’origine des soulèvements de 1911 qui virent l’avènement au pouvoir des nationalistes menés par SUN YAT SEN et la fin de la monarchie. La division et surtout leur incapacité à mener des reformes provoqua des mécontentements et la montée en puissance des communistes conduit par Mao Ze Dong. L’opposition entre Nationalistes et communistes s’est traduite par une sanglante guerre civile qui ne s’achève qu’en 1949 avec la proclamation la République Populaire De Chine d’obédience communiste.

I. Les causes de la révolution de 1911  

En 1911, d’importants bouleversements se produisirent en Chine. La population mécontente se révolte. En quelque mois la révolte s’étend rapidement dans toutes les provinces du pays. Cette révolte est manœuvrée principalement par Sun Yat Sen (1866-1925), elle aboutit à la chute de la monarchie et l’instauration de la république en 1911. Quelles sont les causes de la chute de cette monarchie vieille de plus de 4000 ans ?

A. la domination étrangère

Depuis la fin de la première guerre d’opium, la domination étrangère en Chine n’a cessé de s’accentuer. A la fin du XIX ième siècle, l’empire chinois était quasiment une colonie européenne. Les européens s’étaient partagés le pays en délimitant leur propres zones d’influences et étaient omniprésents dans les affaires intérieures chinoises.
Une exploitation sans précédent s’en est suivi, et le peuple chinois jadis fière était impuissant face à cette mainmise étrangère.   

B. la crise du pouvoir impérial

Les origines de la révolution chinoises de 1911 sont aussi à chercher dans la crise du pouvoir impérial qui était alors sous le contrôle de la dynastie QING depuis 1644. En effet au XIXe siècle, les troubles se généralisent dans l'empire, en raison de l'exploitation de la paysannerie par l'administration locale et de la hausse des impôts. CIXI ou TSEU HI, qui domine la cour impériale dans la dernière partie du XIXe siècle, dilapide le trésor et bloque les projets de modernisation, jetant le discrédit sur la dynastie. Les défaites, notamment celle des deux guerres de l’opium et face au Japon dans la guerre sino-japonaise accélère l’inévitable déclin des Qing très corrompus, leur autorité est contestée par une population à bout de souffle

C. La crise sociale

Elle est consécutive à la domination étrangère et à la crise du pouvoir impérial. Les chinois sont tenaillés par deux forces d’oppression, d’une part la dynastie étrangère des Qing qui les sollicite à l’excès et les impérialistes qui les humilient sans cesse. Cette situation est aggravée par les calamités naturelles qui occasionnent régulièrement des famines comme celle de 1910.

II. La république chinoise de 1912 à 1949

A. Sun Yat Sen et le renversement de la monarchie. (1911-1925)

Face à l’aggravation de la situation politique, économique et sociale de la Chine, Sun Yat Sen ou Sun Wen, un médecin éduqué à l’occidentale, lance le Tongmenghui « société de la conjuration », mouvement réunissant tous les chinois mécontents du régime destiné à établir un gouvernement républicain en renversant la monarchie Mandchoue. En 1911 il fonde le Guomindang ou Kouo-min-tang (qui signifie en chinois, « parti nationaliste ». En octobre, la révolte éclate à Hankou, en Chine centrale. Elle s’étend rapidement à d’autres provinces et Sun Yat Sen prend le pouvoir après la défaite de l’armée impériale Mandchoue, réorganisée par le général YUAN SHIKAI ou YUAN CHE KAI. Le 12 février 1912, Sun Yat Sen laisse le pouvoir à Yuan Shikai. Le 14 février, une assemblée révolutionnaire réunie à Nankin élit Yuan Shikai premier président de la république de Chine. La même année, Puyi, dernier empereur de Chine, abdique à l’âge de 6 ans marquant la fin de la monarchie.Yuan Shikai dirigera la Chine jusqu’à sa mort en 1916.  Il est remplacé par Sun Yat Sen qui est parvenu à combattre les seigneurs de la guerre. Il fait appliquer son programme nationaliste, démocratique et social. A sa mort en 1925 il est replacé par JIANG JIESHI alias TCHANG KAÏ-CHEK (1887-1975).

B. Jiang Jieshi et le renforcement du pouvoir nationaliste. (1925-1949)

A la mort de Sun Yat Sen en 1925, le Guomindang en pleine crise est régénéré, sous le commandement du jeune général JIANG JIESHI (Tchang Kaï-chek). En 1926 Il lance une expédition militaire depuis sa base de Canton pour se débarrasser définitivement des Seigneurs de la guerre. Jiang Jieshi cherche alors à réunifier la Chine sous la souveraineté du Guomindang.
En 1927, la guerre civile éclate entre les nationalistes du  Kouo-min-tang et  les communistes de Mao Zedong soutenu par les paysans. La victoire des nationalistes poussa les communistes à la Longue Marche, (12 000 km parcourus du sud au nord par quelque 100 000 soldats d’octobre 1934 à octobre 1935). Cependant, lorsque les japonais envahirent les côtes chinoises en 1937 les deux parties réunirent leur force pour combattre l’ennemi extérieur. Mais à la fin de la guerre avec le Japon en 1945 le conflit continua entre les deux parties.

C. Mao Zedong et le triomphe des communistes. (1949)

Lorsque le conflit reprit en 1945, les communistes de Mao avait pris l’avantage, leur armée (Armée Rouge) était mieux organisée, plus motivée et leur programme plus ambitieux (réforme agraire). En 1949 la défaite des nationalistes est totale.  Le 8 décembre 1949, Tchang Kaï-Chek et tout le gouvernement du Guomindang se réfugie sur l’île de Formose (Taïwan), ou il créa avec le soutien des Etats- Unis la République De Chine appelé aussi communément Chine de Taiwan. Dans le continent, la République Populaire de Chine est proclamée le 1er Octobre 1949 à Pékin. Le nouveau régime communiste adopte le modèle de développement soviétique. Afin d’étendre la révolution et de généraliser son pouvoir, le Parti Communiste Chinois (PCC) entreprend, entre 1949 et 1952, plusieurs grandes campagnes de réformes.

Conclusion

La victoire des communistes en 1949, et la proclamation de la République Populaire de Chine marque la fin des bouleversements qui ont ensanglantés la chine depuis 1911. C’est le début d’une nouvelle ère de modernisation de la société chinoise. Une ère de progrès, et de stabilité. Mais cette victoire marque aussi la division de la Chine en deux Etats : la République Populaire de Chine dans le continent et la République de Chine (Taiwan) sur l’île de Formose.
Les révolutions Chinoises de Sun Yat Sen À Mao Zedong

Commentaires

1

ecole cem

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.